C’est trop facile de se prétendre féministe
D’afficher deux, trois gazelles ici et là en tête de liste
De vanter les mérites d’une France plurielle
Mettre des blacks, blancs, beurs aux fonctions ministérielles
De paraître moderne, tolérant et progressiste
D’instaurer le PACS, de ne pas nier que ça existe
Et au bout du compte qui c’est qu’on retrouve au bas de l’échelle
Une femme pauvre et lesbienne de couleur ébène

Arrête un peu, chez toi qui fait la vaisselle
Qui fait la bouffe, les courses, qui sort les poubelles
Qui s’occupe des gosses, qui astique, qui lave les draps
Dis moi, ça aussi tu n’y peux rien, c’est à cause de l’Etat

C’est trop facile le rôle de la brute épaisse
Le pur, le dur, le vrai caïd de tess
De vouloir tout niquer sous prétexte qu’on est en chien
De l’école de son quartier à la tire de son voisin
De semer la terreur en nombre en bas des bâtiments
Et de pourrir plus qu’elle ne l’est déjà la vie de ses habitants
Et au bout du compte ce n’est rien d’autre qu’une balle dans le pied
Qui alimente la haine et participe à la saignée

Arrête un peu, depuis quand tu n’y as pas mis les pieds
Combien de temps que tu vis en centre-ville, loin des cages d’escaliers
Toi t’as fait des études, t’as la musique, t’as pu construire
Mais qu’est ce que tu serais devenu si tu n’avais pas pu t’enfuir

C’est trop facile d’avoir le propos radical
L’ambition de changer le monde, d’être anti-capital
De parader à chaque manif, de faire le même parcours
Les mêmes slogans, les mêmes pancartes et le même discours
Puis d’ouvrir les pourparlers avec la Gauche et se fourvoyer
Pour plus de voix, plus de poids, pour un jour rayonner
Et au bout du compte t’es pathétique le poing en l’air
Crier Révolution ne fait pas de toi révolutionnaire

Arrête un peu, toi dis moi qu’est ce tu fais au fond
A part te regarder le nombril et jouer l’artiste à la con
Qui part au front pendant ce temps, qui milite au quotidien
Qui mène vraiment la lutte et se casse les dents sur le terrain

C’est trop facile de se la raconter poète
De scander des niaiseries et de passer pour un prophète
De nous apprendre la différence entre bien et mal
Ça c’est du lourd et ça c’est immoral
De glorifier la France, bel enfant de la République
Nous rappeler à quel point ce pays est magnifique
Et au bout du compte sous l’esthétique de l’emballage
Il n’y a qu’un tas de clichés, une imposture de bas étage

Arrête un peu, s’il te plais toi tu te prends pour qui
Avant de cracher sur les autres et d’avancer que c’est tout pourri, hein ?!!
Combien d’albums vendus, combien de concerts
Combien d’écrits à ton actif pour parler en expert