J'aurais pu faire mon beurre à la télé
vendre de la poudre aux yeux avec fierté et m'en mettre plein le nez
changer mes assistantes et la couleur du canapé
au gré de mes humeurs de l'audimat et des parts de marché

J'aurais pu m' farcir de la bourgeoise
sortir mon numéro, les yeux doux qui l'apprivoisent
la baiser dans ses draps de soie lui passer la bague au doigt
me mettre à l'aise qu'elle m'entretienne et paye l'ardoise

J'aurais pu être bandit de grands chemins
un mafioso, un maquereau, un putain de requin,
la sale race la main de fer qui fout les filles au tapin
qui joue du revolver et distribue la dope aux gamins

J'aurais pu faire carrière dans les affaires
enchaîner les diplômes pour un job à gros salaire
spéculer à la bourse, m'enrichir sur la misère
rêver de paradis fiscaux et investir dans la pierre

Un jean, des baskets
ni cravate, ni paillette
reste simple dans ma tête
C'est la vie que j'ai choisie

Des mots qui débordent
sur des notes qui s'accordent
un goût pour le désordre
C'est la vie que j'ai choisie

Je n’ai pas de comptes à rendre
pas prêt de me vendre
rap à qui veut l'entendre
C'est la vie que j'ai choisie

Des soucis des névroses
des coups durs, des ecchymoses
j'en connais la cause
C'est la vie que j'ai choisie
Par temps de rage...

J'aurais pu finir flic ou militaire
servir avec honneur sous les ordres du ministère
partir au pied levé, quitter ce que j'ai de plus cher
un belliqueux, belligérant, inconscient et pré-pubère

J'aurais pu consacrer ma vie à dieu
faire vœu de chasteté et méditer les écrits pieux
militer, baratiner les pauvres et les vieux
délivrer la bonne parole d'un tout puissant venu des cieux

J'aurais pu ressembler à Victor Bout
un seigneur de guerre sans scrupule qui sillonne les routes
qui suit de près tous les pays en déroute
tu veux des armes donne moi la tune et c'que t'en fais moi j'en ai rien à foutre

J'aurais pu me nourrir du sang des sans papelards
de ces familles entières exsangues au regard blafard
leur faire passer la frontière pour trimer comme des bagnards
Les priver de lumière les écraser comme des cafards

Anti patrons
anti fafs, anti cons
Entier, anti religion
C'est la vie que j'ai choisie

Une faucille, un micro
je fais parler mes idéaux
et part en grève s’il le faut
C'est la vie que j'ai choisie

Je suis toujours speed
en stress sur le qui vive
Le portefeuille est vide
C'est la vie que j'ai choisie

Y a pas de drame
vieux, j'ai séché mes larmes
c'est ma façon de prendre les armes
C'est la vie que j'ai choisie

Par temps de rage...

Par temps de rage, il est question de prise de position
Garder la tête froide sans gaspiller les munitions
Car le plus dur n’est pas de rentrer en résistance
Le plus dur reste à tenir la distance
Je me méfie de l’eau qui dort comme de la poudre aux yeux
Le Capital est sournois, rusé, véreux et vicieux
J’ai vu des guerriers valeureux tomber à genoux devant moi
Changer de fusil d’épaule, choqué, je restais sans voix
Conscient de ça, la vie continue et le combat aussi
Même si c’est difficile, même si autour ça sent le roussi
Je m’accroche à une éthique, je m’accroche à des idées
L’Utopie est belle, je ne laisserai pas le temps la décimer
Allez, courage l’ami, demain Paris sera beau
Société, tu ne m’auras pas, non, j’aurais ta peau
Si tu voulais connaître ma ligne de mire, la voici
C’est ça la vie que j’ai choisie

Hors des sentiers balisés
des salons tamisés
je ne suis pas là pour t'amuser
C'est la vie que j'ai choisie

Alternative
sa conduite est agressive
sulfureuse et subversive
C'est la vie que j'ai choisie

En marge en sous marin
loin du rêve américain
je me le répète tous les matins
C'est la vie que j'ai choisie

Et ça monte dans les tours
c'est ingrat et sans détours
mélange de peine et d'amour
C'est la vie que j'ai choisie
Par temps de rage...