Et si l’éducation est la clef de l’émancipation
J’ai retrouvé mon estime enfouie dans les écrits d’un poète maudit
Ils m’ont redonné l’honneur et la dignité de ma race
La race des seigneurs
La race des cadors
La race de ceux qui marchent debout
Je tiens le futur dans ma poche comme un flingue
Le doigt sur la gâchette j’attends le bon moment
Pas besoin de diamant pour briller
Et je te le dis avec le sourire
Avec le calme et l’insolence caractéristique
De ceux qui n’ont plus rien à perdre
Leur domination n’est qu’un état d’esprit
Un conditionnement
J’annonce le point de rupture
Je ne suis pas l’esclave je suis le maître
Ni mektoub ni fatalité
Leur histoire se termine là où la mienne ne fait que commencer
Je sais que je suis bien plus que ce que je sais
Bien plus que ce que j’espère
J’ai enterré mes doutes et envouté mes peurs
D’une sorcellerie libératrice
Je suis quelqu’un
Je suis bien plus que de le dire
Qui veut ma peau n’a qu’à bien se tenir

C’est inscrit dans le creux d’une promesse
C’est précieux comme l’amour et l’ivresse
C’est l’instant où le dos se redresse
C’est l’aplomb de la phrase forteresse
Je suis quelqu’un