Ouais on s’débrouille avec Yvette, j’ai gardé toute ma tête
C’est ma fierté, j’mettrai pas les pieds en maison de maltraite
Le budget est serré ça se passe de commentaires
On vit grâce aux enfants, les APL et la complémentaire
Ma femme épluche les bons de réduction de la boîte aux lettres
Elle gère la bourse et ne jette pas l’argent par les fenêtres Yvette
Chaque dépense est calculée, maîtrisée
On gaspille pas, toutes les chaussettes sont reprisées.
Mais c’est pas grave tout ça, ouais tout ça c’est matériel
Tout ça c’est secondaire tant qu’t’as pas coulé la bielle
Tu connais l’adage tant qu’on respire y a de l’espoir
J’vais faire ma marche et retrouver
les potes au square.
Allez...
Pas maintenant s’il te plaît encore un petit peu
Je t’en supplie j’ai pas fini encore un petit voeu
Encore un peu de vin un peu de sucre au petit vieux
J’ai pas pris mon dessert et j’ai encore un petit creux
A la question ça va j’réponds toujours on fait aller
Qu’est-ce tu veux qu’j’dise d’autre, on fait aller
Je passe le temps je fais surtout comme je peux
Pas à pas j’profite et me réjouis de vivre encore à deux
C’est peut-être mon dernier coucher de soleil
C’est peut-être tout à l’heure pendant mon sommeil
Ou bien demain qui sait ?
Hein, qui peut l’prédire ?
A mon âge ça peut tomber n’importe quand ça fait frémir
Alors on fait semblant, on fait comme si de rien n’était
On oublie et on se projette en été
Les petits-enfants vont venir ça va être chouette
On ira sur le bord de mer s’asseoir regarder les mouettes

Refrain

Et je ne crois pas en dieu moi j’dis qu’après y’a rien du tout
J’avais cette réflexion tout à l’heure et ça m’a rendu fou
Quoi ? Comment ça s’arrête net, c’est pas possible
D’un coup le vide et on en reste là, c’est pas plausible
Ça m’a fait gamberger je sens qu’la fin est proche
J’veux pas mourir mais mon corps me lâche putain c’est moche
Et là tu regardes droit dans les yeux la plus grande flippe de l’homme
Et tu t’acharnes à repousser l’ultimatum
Eh ouais c’est ça la vie, c’est ça la vie des dinosaures
Allez Mamie viens une petite folie ce soir on dîne au port
Levons nos verres au nez et à la barbe du croquemort
À l’amour à nous deux à la table du Bosphore

Refrain